Catégories
Chroniques

Pourquoi et comment entamer une réflexion sociolinguistique sur le handicap?

En train de pousser mon fils assis dans son fauteuil roulant, j’assiste à quantité d’interactions sociales et parfois linguistiques depuis bientôt trois ans: les gens me regardent peu; ils ont tendance à fixer leurs yeux sur mon petit bonhomme. Debout à l’arrière de ce fauteuil stylisé, je suis très bien placé pour observer leurs réactions gênées, souvent teintées d’une pitié mal placée, voire de commentaires maladroits, mais parfois aussi intelligents ou amusants. Le sociolinguiste que je suis ne peut s’empêcher de remarquer l’effet “chaise roulante” sur nos manières de parler et de nous comporter avec des personnes en situation de handicap. En bon rat de bibliothèque, je me suis demandé ce que mon domaine de recherche avait bien pu raconter sur le sujet. Malheureusement, pas grand-chose… En fait, l’étude des situations de handicap reste un “parent pauvre” des sciences humaines et sociales en général (SHS)1

Le gouffre entre la chocolatine et le fauteuil roulant

Depuis environ 70 ans, les sociolinguistes ont amplement étudié les variations linguistiques régionales (vous êtes plutôt “chocolatine” ou “pain au chocolat”?), les situations de contacts plurilingues, ou encore les différents usages entre classes socio-économiques (par ex. quelles différences dans les pratiques linguistiques des ouvriers, des cadres d’entreprise et des universitaires?). Sans parler de la question de l’enseignement ou apprentissage des langues étrangères ou secondes qui continue d’être passée au crible dans de nombreux contextes. Pour mener leurs recherches, elles/ils ont côtoyé pendant des décennies des migrant-e-s, des populations dites “indigènes”, des travailleuses et travailleurs, des enfants ou adultes “bilingues” ou “plurilingues”, des étudiant-e-s et des enseignant-e-s, des passant-e-s ordinaires dans la rue, au guichet, ou plus récemment sur les réseaux sociaux en ligne… mais on trouve vraiment très peu de personnes handicapées dans les recherches des sociolinguistes. À l’exception peut-être des personnes malentendantes ou d’autres éprouvant des troubles ou difficultés associés au langage, mais ces individus sont généralement approchés dans une perspective plus médico-linguistique ou clinique que sociolinguistique à mon sens. Leur manière de parler est considérée comme un défaut à corriger, un problème de communication si important qu’il entraverait leur accès à diverses facettes de la vie en société. Il faudrait donc étudier leur handicap sous un angle linguistique pour trouver des solutions linguistiques à leur différence.

ce carnet se penche sur les textes et paroles qui rythment la vie des personnes en situation de handicap et de leur entourage, voire conditionnent leur accès à des ressources fondamentales

Ce n’est pas mon approche, ni mon public de prédilection. Ce carnet de recherche s’intéresse moins à des situations où le langage est considéré comme source de handicap; il se concentre davantage sur nos attitudes sociales et linguistiques face à une diversité de situations de handicap. Parce que les personnes handicapées et leur entourage doivent constamment se justifier devant les “valides”, parler de problèmes médicaux ou sociaux, expliquer, réexpliquer les mêmes choses, se documenter durant des heures pour anticiper des situations que la société peine à leur rendre accessible. Les transports publics sont un cas d’école à mes yeux, car tout trajet nécessite une consultation au préalable de l’accessibilité des bus, trains ou avions, nécessitant souvent de remplir des formulaires ou passer des coups de fil. Dans cette perspective, ce carnet se penche sur les textes et paroles qui rythment la vie des personnes en situation de handicap et de leur entourage, voire conditionnent leur accès à des ressources fondamentales. Maintenant que j’ai avalé mon pain au chocolat, je peux m’attaquer aux choses sérieuses.

Handicap et validisme: des enjeux de pouvoir et d’inégalités

Le terme “handicap” s’inscrit dans de multiples dimensions, les principales étant le social, le médical, le politique et le juridique2. Dans le domaine médical et juridique, il est plutôt présenté comme une déficience, une lacune physique, psychique ou intellectuelle mesurée selon des normes médicales. Si l’on se penche sur des conceptions plus sociologiques, le handicap se présente comme une construction sociale, comme la propension d’une société à rendre tous ses services et ses ressources accessibles à tout le monde, indépendamment de difficultés motrices ou cognitives.3 Le mot est à la fois utilisé pour discriminer et dénoncer des discriminations. De nombreuses personnes catégorisées comme “handicapées” ou “invalides” ou “en situation de handicap” par les assurances sociales ou les médecins ne souhaitent pas qu’on les nomme ainsi, ou cherchent une catégorie qui leur siérait plus. À l’inverse, d’autres vont utiliser ces termes pour asseoir des revendications sociales et politiques, les rendre visibles dans une société qui tend à les oublier, voire carrément les marginaliser.

Les personnes en situation de handicap sont nombreuses, hétérogènes, et les sources de leur handicap ont un impact très variable sur leur vie. Le handicap est tantôt visible, tantôt invisible. Parfois irrégulier, ponctué de crises, ou plutôt stable, les sources de handicap sont constamment mises à l’épreuve du validisme. Le validisme, ou “capacitisme”, est une manière de percevoir et légitimer la différence entre valides et invalides sur la base de critères médicaux, de faire des “valides” une norme dont l’usage en société provoque des inégalités et des discriminations envers les personnes dites “invalides”. En d’autres termes, le validisme montre à quel point le handicap est aussi le fruit d’interactions sociales qui tendent à marginaliser tout individu dont les capacités physiques, psychiques ou intellectuelles se distanceraient d’une norme médicalement acceptable pour réaliser certaines tâches de la vie quotidienne. Les études mobilisant les notions de “capacitisme” et “validisme” invitent à porter le regard différemment sur le handicap: ce n’est pas seulement l’affaire des personnes handicapées, mais de toute la société, de notre manière de la rendre accessible au plus grand nombre ou au contraire, d’exclure certains individus aux capacités différentes. Il y a des rapports de pouvoir entre les “valides” et “invalides” qu’il convient de problématiser et chercher à aplanir.4

Comment raconter le handicap dans une perspective sociolinguistique?

Ce blog a pour but de raconter mes découvertes et observations sociolinguistiques autour de questions liées au handicap. Il s’agit de parler de ma propre expérience avec des actrices et acteurs qui ont pour rôle de faciliter, surveiller ou bloquer l’accès à des personnes en situation de handicap. J’y procède à travers deux types de rédactions: la chronique personnelle et les notes de lecture.

Des chroniques personnelles: un auteur “valide” confronté quotidiennement au handicap des autres

Je ne suis pas une personne en situation de handicap. Je n’ai pas de problème de santé chronique. Mais je me retrouve souvent amené à parler du handicap de mon fils pour essayer de démonter des barrières qui se dressent sur son chemin. Mes chroniques personnelles adopteront un ton et une posture ethnographique, exposant ma propre interprétation d’événements vécus ou observés. Je ne parle pas à la place des personnes en situation de handicap et je ne prétends pas savoir ce qui est bon ou mauvais pour elles. Je cherche simplement à essayer de mieux comprendre comment le handicap se construit aussi sur la base de négociations sociolinguistiques dans de nombreux domaines de la vie quotidienne.

Des notes de lecture pour essayer de lire et écouter le handicap avec les autres

Beaucoup de gens ont raconté des choses très intéressantes à propos du handicap en tant que phénomène socialement et historiquement situé. Je ne pense pas seulement au domaine universitaire, mais aussi aux milieux associatifs et à de nombreux auteurs et autrices indépendants qui ont décidé de raconter ce qui s’apparente souvent à un combat contre le validisme, même s’ils ne le nomment pas forcément ainsi. Il ne s’agit pas de faire l’éloge du courage des un·e·s et des autres, mais de proposer une lecture sociolinguistique d’écrits qui n’ont pas forcément cette approche et d’essayer d’éveiller le regard du plus grand nombre sur la part langagière de la construction sociale du handicap.

Bienvenue à l’arrière du fauteuil roulant et bonne lecture!



Citer ce billet
Philippe Humbert (2023, 31 janvier). Pourquoi et comment entamer une réflexion sociolinguistique sur le handicap? La parole (in)assistée. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz8s

  1. C’est aussi ce que relate un article de Célia Bouchet (voir sur La Vie des idées). L’autrice montre aussi que les mesures juridiques prises pour inclure les personnes handicapées dans tous les domaines de la vie sociale se heurtent à des critères de productivité économique. Les handicapé·e·s ne sont, pour ainsi dire, jamais totalement inclus·es dans les projets de société. []
  2. consulter la note ci-dessus pour un aperçu détaillé []
  3. la page Wikipédia renvoie à multitudes de définitions https://fr.wikipedia.org/wiki/Handicap []
  4. lire par exemple le récent livre de Charlotte Puiseux De Chair et de fer, ou encore consulter le blog des Dévalideuses et celui de Harriet de G. pour les questions relatives à l’intersectionnalité []

Par Philippe Humbert

Sociolinguiste. Enseignant-chercheur. Actif aussi dans les domaines du FLE (français langue étrangère) et de la didactique des langues étrangères.

6 réponses sur « Pourquoi et comment entamer une réflexion sociolinguistique sur le handicap? »

Bonjour Philippe,
Je trouve votre initiative super ! Autant sur le plan de l’objet de recherche que sur la démarche de partage par le blog.
Je travaille, dans une démarche ethnographique, sur la relation entre accueillants et accueillis dans les associations qui accompagnent les personnes migrantes et sans domicile. Je commence à m’intéresser à la question des troubles psy, qui semblent être parfois qualifiés de handicap psychique. Bref, je débute dans cette thématique, je vois bien toutes les différences qu’il peut y avoir avec les handicaps physiques ou mentaux, mais j’ai trouvé les articles de votre blog très intéressants ! Je le suivrai avec beaucoup d’attention.

Bonjour

j’ai vu passer votre carnet sur la mailing list de Legram, je suis heureux que des perspectives en SIC, socio et sciences du langage, et dans la francophonie, commencent à s’ouvrir dans cette direction ! Je serai lecteur de votre carnet !

Je suis en train de rédiger une thèse autour de la neurodiversité et de l’émergence des mouvements sociaux des personnes concernées au prisme de l’évolution des normes de communication due au numérique. Je m’intéresse aux prises de parole politiques et scientifiques des personnes “neuroatypiques” en ligne et hors ligne.

Nous pouvons échanger un jour si vous le souhaitez !

Concernant votre soucis de comprendre comment “le handicap se construit aussi sur la base de négociations sociolinguistiques dans de nombreux domaines de la vie quotidienne” je ne peux que vous conseiller, dans le domaine de l’autisme les superbes ouvrages / articles de :

1. Broderick, A. A. (2010). “Autism as Enemy”. In Handbook of Cultural Politics and Education. Leiden, The Netherlands: Brill. doi: https://doi.org/10.1163/9789460911774_012

2. Yergeau, R (2017) Authoring autism : on neurological queerness. DukePress. https://read.dukeupress.edu/books/book/2385/Authoring-AutismOn-Rhetoric-and-Neurological

A très bientôt

Bonjour et merci beaucoup pour votre message! C’est toujours stimulant de lire des encouragements et en plus, de recevoir des suggestions de lectures qui m’étaient inconnues. Je vais les insérer dans ma liste derechef. Avec plaisir pour un échange! J’ai pensé rendre ma démarche exploratoire visible pour la rendre aussi participative et essayer de créer des synergies. La question des modalités en/hors ligne m’intéresse beaucoup.
Bien à vous

Très belle initiative… ! Linguiste moi-même je m’intéresse ponctuellement à la question dans le cadre des discours de haine…

Merci! N’hésitez pas à partager vos réflexions 🙂 Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search