Catégories
Chroniques

À la découverte du paysage linguistique du handicap: un potentiel outil de lutte contre le validisme

Partant de trois situations concrètes rencontrées dans un parking, je propose une brève analyse de trois panneaux de signalisation indiquant une place pour personne à mobilité réduite (PMR). Cette ébauche me sert à entamer une réflexion sur le potentiel d’une analyse du paysage linguistique du handicap en tant qu’outil de lutte contre les discriminations faites aux personnes handicapées. Les “valides” doivent encore fournir des efforts pour apprendre à lire le monde sans en exclure les personnes handicapées…

En préparant l’organisation d’un événement impliquant des personnes à mobilité réduite (PMR), j’ai pensé à faire le tour du bâtiment où je compte les accueillir pour m’assurer que les lieux restent accessibles en dépit de nombreux chantiers. Me baladant dans les parkings alentour, j’ai vérifié si les places de stationnement étaient encore là. Dans un rayon de 100 mètres, je suis tombé sur trois situations qui m’ont interpellé, la troisième étant carrément empreinte de violence. Dans les trois cas, on se retrouve face au symbole international d’accessibilité (ISA, voir l’image ci-après), à savoir le pictogramme d’un individu assis sur un fauteuil roulant pour signifier que tel ou tel emplacement ou service est réservé à une personne en situation de handicap. On le trouve communément sur des portes de toilettes, sur des ascenseurs ou encore dans des parkings, par exemple.

image d'un pictogramme du symbole international d'accessibilité. Bonhomme assis sur un fauteuil roulant.
Le symbole international d’accessibilité (ISA). Source: Wikimedia (2015)

Dans ce qui suit, je propose une ébauche d’analyse du paysage linguistique du handicap à partir des trois cas concrets rencontrés dans ces parkings, dans le but de problématiser l’utilisation et l’interprétation de ce symbole très répandu. Ce symbole fait l’objet de nombreuses critiques, car il réduit nos représentations du handicap aux seuls fauteuils roulants et ainsi, il ne facilite pas la vie de certaines personnes en situation de handicap aussi concernées par le message, mais dont le handicap n’est pas autant visible.1

Problématiser les interprétations d’un symbole dans l’espace social et leurs conséquences sur nos comportements

Je ne reviendrai pas sur ces critiques tout à fait nécessaires et pertinentes, mais m’attarderai sur la diversité des interprétation du message que valides et handicapés ont face à cette symbolique peut-être trop banalisée pour être rédigée et lue de façon efficace. Dans le contexte des parkings, il convient de préciser que le symbole ISA du fauteuil roulant s’adresse plus directement aux personnes à mobilité réduite (PMR), car le critère déterminant (du moins en Suisse) pour obtenir une “carte de stationnement pour personne à mobilité réduite” est d’être limité dans ses déplacements d’un point de vue plus strictement moteur.

Tomber sur le symbole ISA signifie que seules des personnes détentrices d’un macaron portant le même symbole peuvent se garer à cet endroit. Pour les personnes qui n’ont pas ce macaron, et que l’on considère peut-être hâtivement comme “valides”, il est interdit de se garer en cet endroit sous peine d’amende. Ce macaron s’obtient sur présentation d’un formulaire rempli par un médecin, ce dernier devant justifier pourquoi un individu a besoin d’utiliser des places de parking réservées aux PMR. À nouveau, l’accessibilité est conditionnée par des arguments strictement médicaux et le corps médical détient un pouvoir décisionnel capital. En outre, il existe quantité de normes techniques et logistiques qui conditionnent la création de ces places de stationnement: la longueur, la largeur, la pente… tout devrait en principe être mis en œuvre en fonction de normes et de lois.

Avant même d’arriver devant cette signalétique, on se rend compte que, en fonction de son vécu et de ses connaissances, on interprétera le symbole ISA diversement au parking. Pour certains individus, ce symbole représente un besoin immédiat; pour d’autres, la signification de la signalétique n’a pas ou peu d’importance et se noie dans la large panoplie des panneaux de circulation. Observons cela en trois temps.

1. En attendant (handi-)Godot. Quand le message détonne avec l’environnement

la photo montre un panneau de signalisation "parking handicapé" placé sur un parking à vélo. Devant ce parking à vélos, il y a un marquage au sol qui indique que les véhicules de livraison peuvent se garer temporairement.
Parking adapté? Parking pour vélo adapté? Parking pour livraison adaptée de vélos inadaptés? (photo: P.Humbert, février 2024)

Dans le premier cas ci-dessus, on voit un panneau de circulation “parking PMR” grand et visible. Pour quiconque doté d’une bonne vue, le panneau est facilement lisible. Ce panneau est accroché à une barre destinée à garer des bicyclettes, le tout à 2 mètres d’un marquage au sol réservé aux parkings temporaires pour des déposes ou livraisons. Bien que parfaitement visible, toute la symbolique de l’ISA devient ambiguë: qui est censé occuper cet endroit? et quel endroit exactement est pensé pour une personne détentrice d’un macaron PMR? S’agirait-il d’un parking à vélos réservé aux personnes en situation de handicap? Ou bien d’une place de stationnement pensée pour les livraisons effectuées par des PMR à vélo?

Ces ambiguïtés sont probablement le fruit de réaménagements architecturaux ou d’inattentions. Il existait peut-être une place bien définie à une époque, puis on a ajouté des barres pour y accrocher les vélos par la suite. Ou le personnel technique a peut-être demandé de faciliter l’accès aux livraisons en cet endroit (on est à l’opposé de l’entrée principale, là où les camionnettes viennent déposer du matériel). Who knows?… Ce qui est assez sûr, c’est qu’avec le temps, cette ambiguïté semble passer inaperçu… et que le panneau a été rédigé et installé par des personnes qui ne se sentent pas vraiment concernées par le message.

2. Les compromis et demi-mesures temporaires. Un message difficile à lire dans un environnement en mutation

la photo montre une place de parking temporairement réservée aux handicapés. Devant la place de parking, il y a un grillage sur lequel sont apposés de grands panneaux de signalisation officielle "obligations de tourner à gauche" et "chemin réservé aux piétons", ainsi qu'un petit panneau format A4 plastifié utilisant le pictogramme "fauteuil roulant". Derrière la grille, on voit du matériel de chantier très encombrant occuper les deux places de parkings handicapé d'origine.
Quant les travaux négligent l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap (photo: P. Humbert, février 2024)

À quelques pas du premier panneau, je suis tombé sur cette situation (photo ci-dessus). Il y a de nombreux chantiers dans ma ville, ce qui nécessite bien sûr des réaménagements temporaires. Pour réaliser le chantier à proximité de ce parking (excavations pour changer ou réparer des tuyaux), on constate qu’on a choisi (mais qui?) les deux seules places de stationnement PMR pour déposer le matériel (on aperçoit au deuxième plan le panneau ISA, derrière les imposants tuyaux et autres matériaux de construction entassés). On voit au premier plan qu’on a pensé à quand même réserver une place, mais il faut faire un sérieux effort pour apercevoir le symbole ISA imprimé sur une feuille A4 plastifiée, suspendue au-dessus de deux grands panneaux de signalisation officielle qui indiquent que les piétons doivent emprunter un chemin détourné. La superposition de cette signalétique aux messages contradictoires ne facilite pas la lecture du paysage.

On le voit, dans la modification provisoire de l’environnement, on a pensé (mais qui?) à maintenir au moins une place de parking adaptée et à la signaler. En revanche, on n’avait apparemment pas de panneau “parking PMR” dans la réserve, mais les autres – plus répandus – ne manquaient pas. Il a fallu bricoler un panneau de fortune… et supprimer une place adaptée. La signalétique semble le fruit d’un compromis forcé, acceptant temporairement de réduire un peu l’accès sans l’anéantir totalement.

3. Quand les “valides” ne savent pas lire et créent des obstacles là où il ne devrait pas y en avoir.

la photo montre quatre bennes à ordures à roulettes qui empiètent sur une place de parking handicapé. Il est ainsi impossible de se garer sur cette place de parking.
Des bennes à ordures sans carte de stationnement pour PMR (P.Humbert, février 2024)

Sur la photographie ci-dessus, on voit que le panneau est parfaitement lisible et installé devant une place de parking qui semble respecter toutes les normes du monde et obéit à un marquage au sol clair. On peut difficilement se tromper: il s’agit bien d’une place réservée aux personnes qui ont le macaron. Le problème n’est donc pas dans la rédaction du message, mais dans sa lecture et son interprétation. Car ces quatre bennes à ordures ne détiennent pas ledit macaron! Pourtant, elles empiètent significativement la place de parking, la rendant inutilisable, malgré un semblant d’espace sur la droite (on dirait que le responsable s’est dit: “allez, ils passent quand même là, les handicapés!”). En observant les alentours, je constate que l’espace pour ces conteneurs ne manque pas: il s’agit d’une rue très large au revêtement régulier et plutôt plat. J’en déduis donc que l’individu qui a garé ces bennes à cet endroit n’était soit pas en mesure de comprendre le panneau, soit inattentif, soit qu’il n’en avait absolument rien à carrer des besoins potentiels d’une PMR. Peu importe les raisons, les conséquences sont réelles: une PMR souhaitant se garer là se voit entravée dans sa mobilité et son autonomie, parce qu’un valide n’a pas pris le soin de lire le message qui lui était aussi adressé et d’agir en conséquence.

Ébauche d’introduction au paysage linguistique du handicap

Le “paysage linguistique” (plus communément “linguistic landscape”) fait référence à un outil développé dans le champ de la linguistique appliquée pour comprendre comment le langage se matérialise dans l’espace public, dans le but de saisir comment les gens produisent et interprètent des messages sous diverses formes (du nom des rues aux graffitis, en passant par les enseignes commerciales, annonces publicitaires ou officielles, slogans sur des banderoles lors de manif’ etc….) à l’aide d’une diversité de langues (ou non), de signes et de symboles. L’approche est largement popularisée dans les études sur le plurilinguisme en milieux urbains et elle a souvent été mobilisée par des minorités linguistiques à des fins politiques (notamment au Québec, en Catalogne ou au Pays Basque). L’étude des paysages linguistiques peut se faire de façon quantitative ou qualitative, voire combiner les deux. Le paysage linguistique peut s’avérer un puissant outil pour dénoncer la matérialisation des inégalités sociales, économiques ou linguistiques dans l’espace public. Il implique en plus tout un volet participatif qui engage les locutrices et locuteurs à entamer une réflexion sur le rôle et les effets des manifestations du langage dans l’espace social.2

mettre en lumière des interprétations discordantes des mêmes signes et mesurer leurs conséquences réelles pour les personnes handicapées.

À mon sens, le paysage linguistique pourrait constituer un outil percutant pour dénoncer le validisme. Certes, on pourra critiquer les trois cas que j’ai sélectionnés ci-dessus en me disant qu’ils sont anecdotiques ou provisoires. Si j’admets que le sujet nécessiterait une recherche plus approfondie et systématique (ce n’est qu’une ébauche tirée de trois photos autour d’un seul symbole), je rejette l’idée que ce genre de situation est purement anecdotique, dans la mesure où il existe quantité d’études démontrant que les personnes handicapées doivent continuellement faire face à des obstacles “imprévus” là où l’environnement est censé être adapté.3 En outre, les milieux associatifs et militants font en quelque sorte déjà du paysage linguistique à travers certaines activités. Né de l’impulsion d’une PMR spécialisée dans les arts graphiques, le site internet et compte Instagram fullaccess.cc (https://www.fullaccess.cc/) publie des photos d’absurdités en matière d’adaptations de l’environnement urbain pour les PMR, comme une manière de dénoncer par l’image et l’humour. Le projet mégafone “Montréal*in/accessible” ( https://megafone.net/montreal/about ) me parait aussi représentatif de cette volonté de personnes handicapées de documenter l’inaccessibilité des lieux publics à travers un processus combinant photographie et cartographie. Ce dernier projet a l’avantage de se pencher à la fois sur les obstacles et les adaptations réussies. En somme, de nombreuses personnes en situation de handicap maitrisent déjà des outils fondamentaux du paysage linguistique et en imitent les codes et procédures.

Apprendre aux “valides” à lire, écrire et interagir dans le paysage linguistique du handicap

Quoi qu’il en soit, ces quelques lignes me rappellent un principe que j’ai lu dans de nombreux ouvrages en Disability Studies: il ne suffit pas d’ajouter des rampes et autres adaptations techniques et logistiques pour supprimer les barrières, il faut que tout le monde en saisisse le sens et l’utilité pour que ces adaptations puissent véritablement l’autonomie des personnes handicapées. À mon sens, une étude plus systématique du paysage linguistique du handicap – faite par des personnes handicapées et des “valides” – serait un moyen de mettre en lumière ces interprétations discordantes des mêmes signes et mesurer leurs conséquences réelles pour les personnes handicapées. Car j’ai le sentiment que valides et handicapé-e-s ne focaliseraient pas leur attention sur les mêmes messages et n’en donneraient pas les mêmes interprétations. Cela permettrait de marquer un temps sur les aspects qui fonctionnent ou dysfonctionnent à divers niveaux: le message est-il clair, ambigu ou absent? Qui l’a rédigé, dans quelles conditions et quelles fins? Quels éléments de l’environnement immédiat viennent complexifier l’interprétation de ce message ou le rendre encore plus évident? Quelles sont les conséquences positives comme négatives pour les personnes handicapées?…

En outre, le paysage linguistique permettrait d’aborder quantité de terrains fondamentaux dans l’espace public: les transports publics, les bâtiments d’intérêt public (écoles, universités, commerces, administration, etc.) et leurs environs, etc. Ce travail documentaire finirait à mon avis par montrer – une fois de plus – que trop de “valides” ne savent pas lire le monde en y incluant les personnes handicapées… et que les comportements qui accompagnent cette forme d’illettrisme constituent plus souvent un obstacle que les conditions-mêmes de l’environnement immédiat.


Tous les liens URL ont été consultés en février-mars 2024.



Citer ce billet
Philippe Humbert (2024, 5 mars). À la découverte du paysage linguistique du handicap: un potentiel outil de lutte contre le validisme. La parole (in)assistée. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz8z

  1. Pour un aperçu de ces enjeux, lire par exemple Slater & Jones (2020) qui parlent des interactions autour des symboles d’accessibilité autour des toilettes (et du gatekeeping des valides, obéissant à des injonctions capitalistes, sur l’accès aux WC), ainsi que Grue (2017) qui rapporte les divergences d’interprétation de ce symbole entre valides et handis.

    Slater, J., & Jones, C. (2021). Toilet Signs as Border Markers : Exploring Disabled People’s Access to Space. International Journal of Disability and Social Justice, 1(1). https://doi.org/10.13169/intljofdissocjus.1.1.0050

    Grue, J. (2017). Now you see it, now you don’t : A discourse view of disability and multidisciplinarity. Alter, 11(3), 168‑178. https://doi.org/10.1016/j.alter.2017.05.002 []

  2. Il existe quantité de littérature et réflexions méthodologiques sur le sujet. Je retiens tout particulièrement: le récent guide de Martín Rojo et al. (2023) pour son accessibilité, ses pistes participatives et son engagement social critique; l’ouvrage de Wee (2021) et l’article de Purschke (2021) pour l’inclusion des phénomènes communicatifs numériques, ou encore Szabò & Troyer (2017) pour l’inclusion de la vidéo dans la démarche.

    Martín Rojo, L., Cárdenas Neira, C., & Molina Ávila, C. (2023). Lenguas callejeras : Paisajes colectivos de las lenguas que nos rodean: guía para fomentar la conciencia sociolingüística crítica. Ediciones Octaedro.
    Purschke, C. (2021). Crowdscapes. Participatory research and the collaborative (re)construction of linguistic landscapes with Lingscape. Linguistics Vanguard, 7(s1). https://doi.org/10.1515/lingvan-2019-0032
    Troyer, R. A., & Szabó, T. P. (2017). Representation and videography in linguistic landscape studies. Linguistic Landscape. An International Journal, 3(1), 56‑77. https://doi.org/10.1075/ll.3.1.03tro
    Wee, L. (2021). The communicative linguistic landscape : Production formats and designed environments. Routledge, Taylor & Francis Group. []

  3. Ce livre reflète bien les entraves quotidiennes qui ne devraient plus exister et surtout les “demi-mesures” d’accessibilité produites par des “valides”: Egard, H., Hansson, K., & Wästerfors, D. (2021). Accessibility Denied. Understanding Inaccessibility and Everyday Resistance to Inclusion for Persons with Disabilities (1re éd.). Routledge. https://doi.org/10.4324/9781003120452 []

Par Philippe Humbert

Sociolinguiste. Enseignant-chercheur. Actif aussi dans les domaines du FLE (français langue étrangère) et de la didactique des langues étrangères.

4 réponses sur « À la découverte du paysage linguistique du handicap: un potentiel outil de lutte contre le validisme »

cher philippe,
eh oui, les ‘Disability Studies’ sont l’affaire de tous.tes, qu’on se le dise (et qu’on le leur dise…)
bravo pour ce nouveau billet, merci de nous faire rire malgré tout !
au plaisir de suivre le fil,
katja

Comme toujours perspicace, tranchant mais avec beaucoup d’élégance et d’humour. Juste ce qu’il faut pour nous réveiller – nous les « valides ». Superbe bravo!

Cher carnetier,

Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une du portail fr.hypotheses.org.

Bien cordialement,
L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search