Catégories
Chroniques Notes de lectures

Apprendre à conter le handicap… et à l’écouter | Storytelling et inspiration porn

Des histoires sur le handicap et les maladies rares, j’en lis presque quotidiennement. Mais un beau jour, on m’a tendu la plume pour devenir un “conteur de maladie rare”! Dans cet article, j’explore les notions de storytelling et d’inspiration porn à la lumière de cette expérience, dans le but d’élaborer des pistes qui nous incitent pas forcément à raconter le handicap, mais à le lire et l’écouter de façon critique.

Un beau matin, je reçois un e-mail d’une association de maladies rares basée aux Etats-Unis. Dans le domaine des maladies très rares, le partage de ressources et connaissances passe forcément par des échanges numériques intercontinentaux, souvent en anglais, car nous sommes si peu nombreux qu’il est à peu près impossible de tomber sur des paires à l’échelle régionale. Le mail en question m’offre entre autres de participer à un workshop intitulé The Power of storytelling in Rare disease. (Le pouvoir du storytelling dans les maladies rares). Il s’agit en fait d’une sorte d’atelier interactif qui doit nous permettre de “trouver notre voix”, nous inciter à raconter l’histoire de notre maladie rare ou celle de notre enfant. L’association soutient que le storytelling “fait partie intégrante de la sensibilisation (raising awareness) et de l’avancement de la recherche de traitements”. Elle nous encourage à rejoindre l’atelier pour apprendre des “techniques de narration”, dans le but de pouvoir “utiliser notre histoire pour éduquer (educate), soulever des fonds (fundraise) et faire prendre conscience (raise awareness) de notre condition et de la maladie rare de notre enfant”. En somme, on me propose de devenir un acteur, plus précisément une sorte de conteur de maladie rare (et non de handicap).

C’est une autre association à but non lucratif (The Story Collider) qui est mandatée pour animer l’atelier. Son objectif est de valoriser l’impact de la science dans nos vies. C’est ainsi que l’association se présente dans le mail et sur son site internet:

The Story Collider’s mission is to reveal the vibrant role that science plays in all of our lives through the art of personal storytelling.

La mission du Story Collider est de révéler le rôle palpitant que joue la science dans nos vies à travers l’art du storytelling personnel.

Page de présentation du Story Collider (suivre le lien)

La présence du mot “science” me frappe: qu’est-ce que la “science”? Et pourquoi, en tant que personne concernée par une maladie rare, aurais-je envie de raconter mon histoire ou celle de mon enfant de manière à “révéler le rôle palpitant de la science” dans ma vie? Cette incitation à mettre des maux en mots m’intrigue.

Enrôler des malades et des handicapé·es à l’école du storytelling

Outre son nom faisant évidemment référence au collisionneur de hadron du célèbre CERN de Genève, le Story Collider cherche à faire télescoper science et histoires pour en extraire des émotions (et indirectement, aussi de l’argent). S’il n’a pas de lieu fixe sur la planète terre, son centre de gravité réside quelque part aux Etats-Unis. Le Story Collider a déjà produit une quantité importante d’histoires diffusées sous forme de podcasts. En outre, les storytellers – ou conteuses et conteurs – doivent se produire en public lors de shows organisés dans de grandes villes américaines (ou à Londres), ce qui souligne encore un peu plus la dimension performative des discours qu’ils produisent. Le Story Collider se compose d’une large équipe incluant des personnes issues des milieux culturels, théâtraux ou encore médiatiques (beaucoup de journalistes), mais aussi de scientifiques provenant des sciences naturelles, exactes, sociales ou humaines. Un grand nombre d’individus qui se disent tantôt “chercheurs”, “doctorants” ou “professeurs”, tantôt “comédiens”, “artistes” ou “écrivains”. Tous ces gens sont divisés entre des “conseils/comités” (“boards” en anglais) s’occupant plutôt d’aspects scientifiques, médiatiques, éducatifs ou artistiques. Une grande partie des photos met tout ce monde en scène un micro à la main, laissant penser qu’il s’agit de comédiennes et comédiens de stand-up.1 À priori, tous ces individus savent très bien cultiver leur image en public.

le storytelling est un outil de persuasion et de manipulation très courant en politique comme en marketing

Le but du storytelling à la sauce Story Collider n’est pas de présenter ou confronter des faits scientifiques, mais de raconter une histoire autour de la science pour susciter des émotions. Véritable technique de communication, il convient de préciser que le storytelling est un outil de persuasion et de manipulation très courant en politique comme en marketing: on façonne des discours qui soulèvent des émotions pour détourner l’attention d’enjeux problématiques ou logiques et ainsi, rallier son auditoire à sa cause plus facilement.2 Le côté émotionnel est omniprésent dans les podcasts du Story Collider, où l’on entend le public réagir aux notes tantôt humoristiques, tantôt tragiques ou tristes des personnes qui tiennent le micro. Et à la fin, le storytelleur ou la storytelleuse finit toujours par donner une leçon de vie à l’américaine (malgré les échecs et difficultés, on finit toujours par réussir quelque part… Yes we can!). Le ton est toujours très personnel: la conteuse ou le conteur parle à la première personne du singulier, parfois du pluriel, en ajoutant beaucoup d’adjectifs qualificatifs émotionnels et d’intonations propres au stand-up à l’américaine (intonations ironiques ou comiques, voix sanglotante, silences dramatiques, etc.). En fait, l’émotionnel prend le dessus sur le scientifique dès le début du processus de sélection des histoires: “ce n’est pas un cours” pour universitaires, mais une véritable histoire personnelle qu’il faut s’entrainer à raconter avec passion.3

La recette du storytelling

L’association dont je fais partie nous a offert l’accès à l’enregistrement vidéo de cet atelier d’initiation express. En moins d’une heure, la coach en storytelling, très dynamique et convaincante, est parvenue à la fois à esquisser les grands principes d’une narration accrocheuse et à stimuler les participantes et participants à créer des éléments de leur propre histoire. Citant les travaux d’une chercheuse en sciences de la communication (Melanie Green), la coach affirme – étude à l’appui – que le storytelling est un instrument de pouvoir: plus on parvient à absorber son public dans notre histoire – à la “transporter dans notre monde narratif” – plus nous serons enclins à l’amener à penser différemment, voire à induire des changements dans la société. La coach poursuit sa leçon autour de trois notions fondamentales pour créer une histoire vivante et convaincante:

“des personnages crédibles qui vivent des événements marquants et qui doivent en assumer les conséquences” (believable characters experiencing meaningful events who must cope with the consequences).

Cours de storytelling, septembre 2023

Ces trois axes doivent être agrémentés d’émotions pour provoquer du suspense, le principe étant de constamment donner envie de savoir ce qui est sur le point de se passer, tout en mettant l’auditoire face à des situations qui peuvent paraitre difficiles, extrêmes, comiques ou absurdes. La coach insiste sur la notion temporelle: les conteuses et conteurs doivent s’en tenir à un seul épisode de leur vie sans raconter tous les détails de leur parcours. À ce sujet, elle insiste sur un point important: l’histoire ne doit nécessairement parler de la maladie rare dont il est question. Au fur et à mesure de son atelier, la coach nous apprend à trouver et mettre en scène un événement, puis à réfléchir aux conséquences que cet événement à eu dans notre vie, en insistant sur la dimension émotionnelle et personnelle (comment vous sentiez-vous avant, pendant et après?). Elle donne ensuite quelques pistes pour développer son propre personnage – donc parler de soi en tant que sujet de l’histoire.

Finalement, elle aborde brièvement la possibilité de parler de thématiques difficiles (tough topics), puis elle présente un très bref exemple de comment intégrer “la science” dans l’histoire. Les exemples donnés durant le cours sont légions; ils proviennent tous du Story Collider. En conclusion, la coach nous incite à écouter leurs podcasts pour trouver l’inspiration, leur soumettre une histoire dans l’optique de – peut-être un jour – se produire sur scène. Si l’on soumet une histoire convaincante, on a le droit à un coaching personnalisé et gratuit qui s’annonce intensif, mais doit mener la conteuse ou le conteur sur les devants de la scène, voire à publier un podcast. Si l’on n’y parvient pas, la coach rappelle qu’il existe des ateliers payants, mais ouverts à tout le monde. Tout au long de la présentation, la coach – qui est aussi psychologue – est extrêmement sympathique et respectueuse des participant·es. Elle ne force personne à raconter son histoire, mais cherche à stimuler notre imagination et notre mémoire. Elle-même détient ce don de maintenir notre attention durant tout son cours avec des diapositives très épurées. Pas de doute, c’est une storytelleuse accomplie.

Mais où est la “science” dans tout ça?!

Après avoir fait le tour du site du Story Collider, écouté des podcasts et assisté à une leçon expresse, je ne n’ai pas appris grand’chose de “scientifique”, mais j’ai eu le droit à des salves d’émotions et leçons de vie. Je commence toutefois à saisir l’intérêt de développer des compétence de storytelling au sein de l’association de maladies rares américaine qui me concerne. Il s’agit d’apprendre à mettre sa condition de malade en récit pour susciter des émotions qui, à leur tour, vont inciter un plus large public à prendre conscience de leurs problèmes et si possible verser des dons pour poursuivre des recherches, dans l’espoir de guérir un jour. Il est par ailleurs intéressant de constater qu’on se focalise uniquement sur la “maladie rare” (rare disease) et qu’à aucun moment, mon association ne parle de “handicap” (disability). Parler de “maladie”, c’est probablement aussi un moyen de faire un lien plus direct avec la dimension médicale et par conséquent, de “science”, même si je ne vois toujours pas ce qu’ils entendent par la “Science” qui s’apparente à une religion dans l’approche du Story Collider: on fédère une communauté de personnes autour d’histoires palpitantes pour célébrer la Science comme objet d’espoir et d’inspiration. Enrôler des “malades” dans cette entreprise parait judicieux pour agrandir le groupe et attirer des “fidèles” devant l’autel de la Science.

Mais je me demande toujours en quoi apprendre à mieux conter la maladie ou le handicap me servirait. Les personnes malades ou handicapées ont-elles vraiment besoin de devenir conteuses? Pourquoi faudrait-il apprendre à tirer aussi fortement sur la corde émotionnelle du lectorat? Dans quel but? Dans quels contextes et avec quelles conséquences pour les personnes les plus concernées? Cette volonté d’inciter les personnes malades et handicapées à raconter le rôle de la science dans leur vie me fait penser à un phénomène que les anglo-saxons appellent inspiration porn. Je ne pense pas que l’intention de l’association de maladies rares qui a mandaté The Story Collider souhaite jouer le jeu de l’inspiration porn, mais un petit détour par cette notion est nécessaire pour mieux saisir les enjeux d’un tel atelier dans une perspective sociale du handicap.

Storytelling ou inspiration porn?

L’inspiration porn est un phénomène répandu, tout particulièrement sur le web. Il n’est pas rare de tomber sur des images de sportives ou sportifs portant un moyen auxiliaire visible (fauteuil roulant, prothèse orthopédique etc.) accompagnées de slogans qui inspirent le dépassement de soi: “Quelle est ton excuse?” ou encore “le seul handicap est d’avoir une mauvaise attitude” (voir les mèmes ci-dessous).

Exemples de mèmes d’inspiration porn, piochés ici (suivre le lien vers le blog The Wheelchair Teen)

Souvent citée comme la créatrice de l’expression inspiration porn, Stella Young critique principalement le fait que ces images contribuent à diffuser l’idée que le handicap n’est qu’une simple affaire corporelle et individuelle, occultant toutes les raisons sociales et politiques – collectives – qui posent de réels problèmes aux personnes concernées. Elle est irritée lorsque les gens la félicitent d’un ton infantilisant pour des actes futiles de la vie quotidienne (passer une porte en fauteuil roulant, manger sans assistance…). En somme, l’inspiration profite surtout aux “valides” et bien moins aux personnes handicapées: c’est une manière de réconforter les valides, de leur remonter le moral selon la logique “ça ne va pas fort aujourd’hui, mais quand je vois cette image d’handicapé, je me dis que ça pourrait être pire!”4 En outre, ce n’est généralement pas une personne handicapée qui génère ces mèmes, mais un valide qui produit du fantasme autour d’un handicap visible, enfonçant les portes d’un validisme primaire.

Une position de voyeur·euse

Rejetant l’idée qu’une personne handicapée n’a pas le droit d’inspirer des valides, Jan Grue propose une version plus problématisée de l’inspiration porn. Le sociologue et linguiste souligne le fait que l’inspiration porn met systématiquement en scène une caractéristique visible, une compétence “désirable mais non désirée”, une condition qui implique le dépassement de soi dans certaines situations “extrêmes” (souvent le sport), voire transforme la figure de l’handicapé·e en super-héros. On occulte ainsi tous les handicaps invisibles et on tend à renforcer l’idée qu’être handicapé·e revient forcément à mener une vie rude, tout en fétichisant l’infirmité comme un symbole du dépassement de soi. Le côté “porn” de cette inspiration provient bien plus du regard des destinataires et destinateurs du message, que l’on retrouve dans une position de voyeur·euses: on observe avec admiration – et sans être vu – en espérant acquérir certaines compétences de l’handicapé·e, sans jamais vouloir se retrouver dans sa situation.5

Le Téléthon: des histoires au service des “malades” ou de la “Science”?

De nombreuses associations défendant des causes sociales ou médicales puisent dans ce genre de discours en tension entre inspiration porn et storytelling. Parfois, elles les alimentent encore un peu plus, parfois elles en empruntent certains codes en préservant une certaine pudeur. Le Téléthon figure parmi les événements qui, au cours de près d’un siècle d’activité, ont profondément marqué les représentations populaires du handicap et des maladies rares comme un acte de charité. Plus problématique, dans le contexte états-unien étudié par l’historien Paul Longmore, le Téléthon associe étroitement la collecte de fonds à des entreprises commerciales d’incitation à la consommation: en échange de votre don, on vous offre un rabais sur votre téléviseur ou sur vos bières! Autrement dit, le Téléthon met en scène les histoires de personnes malades (parlant moins de “handicap”) dans une dynamique marketing: l’acte de charité doit avoir des conséquences positives pour les sociétés privées, en améliorant au moins leur image et au mieux leurs ventes.6 Devenues adultes, de nombreuse personnes handicapées accusent le Téléthon de les présenter comme des individus qui s’accrochent désespérément aux seules avancées scientifiques et médicales. En les lisant, on se rend compte que le Téléthon tend plutôt à détourner le regard du public de problèmes sociaux et administratifs qui leur pourrissent parfois plus la vie que leur maladie.7 Pour d’autres personnes handicapées, le Téléthon (français) s’investit activement dans des débats politiques et il a permis d’atteindre des prouesses technologiques et médicales.8 Que l’on soit pour ou contre le Téléthon, les discours qui le forment ont généralement tendance à éviter des problématiques plus politiques et économiques pour se focaliser sur la mission de récolter des fonds pour permettre à la recherche d’avancer. Si l’on croit au Téléthon, quelque part, on doit croire en la Science et penser que seuls les scientifiques détiennent les clés d’une vie meilleure.

Des histoires vitales pour ne pas rester dans les marges

Plein d’associations racontent des histoires pour récolter des fonds nécessaires à mener à bien leurs projets. C’est pour l’instant grâce aux milieux associatifs que, personnellement, nous parvenons à naviguer dans les méandres bureaucratiques et médicaux. En fait, je pense qu’il est même très important d’avoir accès aux histoires de personnes en situation de handicap ou de leurs proches. Cela permet de partager des conseils, d’apprendre à obtenir des ressources importantes, de se confier… Car quantité d’histoires se racontent dans l’intimité, avec pudeur, entre des personnes concernées qui ne souhaitent pas forcément s’exposer ou jouer aux montagnes russes émotionnelles. On ne veut pas constamment devoir se justifier, s’attribuer des étiquettes “handicapé” ou “malade” ou “proche-aidant”, mais simplement échanger avec quelqu’un qui puisse nous comprendre sans passer par une hyper-contextualisation.

Ne pas parler de handicap dans les sphères publiques, ce serait aussi une manière de légitimer la marginalisation de toute une frange de la population et d’en faire un tabou.

Ces histoires jouent aussi un rôle fondamental dans le processus de visibilisation de problèmes sociaux. Ne pas parler de handicap dans les sphères publiques, ce serait aussi une manière de légitimer la marginalisation de toute une frange de la population et d’en faire un tabou. Doit-on pour autant suivre des ateliers d’écriture? Pourquoi pas. Handicapé ou non, on peut toujours vouloir acquérir des compétences créatrices à l’écrit comme à l’oral, comme on peut avoir envie d’apprendre à faire des macramés. À la différence du macramé, raconter publiquement le handicap est un acte performatif qui nous engage dans une interaction directe avec le public: les discours que nous produisons sur le handicap sont susceptibles d’avoir un impact dans certains contextes et surtout, parler de handicap mobilise tout un imaginaire (charité chrétienne, pitié, etc.) qui ne rend pas toujours service aux personnes les plus concernées.

Apprendre à lire et écouter le handicap: quelques pistes…

Autant les activités du Story Collider que les lectures citées plus haut suggèrent que le langage, à travers les techniques de storytelling ou la formation de discours, joue un rôle fondamental dans notre manière de percevoir le handicap et d’agir en conséquence dans la société. Loin de vouloir proposer des ateliers d’écriture,9 quelques pistes me sont apparues pour inciter un plus grand nombre – handicapé ou non, malade ou non – à développer une approche critique dans la lecture d’histoires sur le handicap et les maladies rares. La lecture est aussi un processus interactionnel qui implique de s’engager activement avec le texte pour l’interpréter selon notre perception du monde. Même si on n’en connait pas l’auteur ou l’autrice, la lecture d’un texte nous embarque dans une forme d’interaction sociolinguistique impliquant des dimensions sociales, médicales, scolaires, médiatiques, etc. qui, comme on l’a vu dans les lectures citées plus haut, ne rendent pas toujours service aux personnes les plus concernées par la problématique, voire renforcent des stéréotypes tenaces.

Voici quelques pistes dressées sous la forme de questions que j’ai élaborées en explorant les tensions entre le storytelling et l’inspiration porn en tant que pratiques sociales et linguistiques. J’ai essayé de rester simple et je ne cherche pas l’exhaustivité. Il ne faut en aucun cas y voir un guide de bonnes pratiques, mais plutôt l’esquisse d’interrogations qui me préoccupent. Libre à vous d’étoffer ces questions en commentaires plus bas, je serais ravi d’allonger la liste ou de poursuivre la discussion 🙂

Quelle est l’Histoire d’avant les histoires?

Un premier aspect qui me semble crucial, c’est de s’intéresser un tant soi peu à l’Histoire – celle de longue durée – qui conditionne la production de ces petites histoires captivantes. Avant d’en arriver à raconter le handicap et les maladies rares pour récolter des fonds, de nombreuses institutions ont œuvré soit à rendre ces problématiques invisibles, en marginalisant les personnes concernées, soit à produire des discours qui en appellent principalement à la charité et conduisent subrepticement à l’inspiration porn. Si aujourd’hui la collecte de fonds (fundraising) dépasse largement les projets caritatifs (on récolte aussi des fonds pour réaliser un tour du monde en bateau, par exemple), les histoires du handicap s’inscrivent dans une histoire bien plus large et complexe qui tend à conditionner notre regard. Lire des travaux historiques me parait important. On se rend ainsi mieux compte que, dans certains projets, la frontière entre charité, solidarité et activisme est poreuse, et aussi que de nombreux gouvernements occidentaux ont délégué de nombreuses tâches sociales à des institutions religieuses ou des milieux associatifs privés… et que c’est encore souvent le cas aujourd’hui.

Qui parle ou écrit? À qui? Selon quelles techniques de narration?

Cette interrogation renvoie au présupposé interactionnel fondamental: qui est l’énonciateur ou l’énonciatrice? (ou “auteur/autrice”) Qui est le ou la destinataire? (ou “lectorat / auditoire”) Et pour ancrer ce schéma classique de la linguistique dans le sujet qui nous intéresse, on peut surtout se demander quel est le rapport de ces personnes au handicap. Sont-elles directement concernées? Ou bien s’agit-il de curieux de passage en quête d’inspiration? Plus simplement, il s’agit de se demander si la personne en situation de handicap participe activement à la narration de l’histoire ou si elle a donné son consentement pour que quelqu’un d’autre le fasse à sa place. Un mème trainant sur Facebook est rarement réalisé avec l’accord des personnes représentées sur l’image… Observer les techniques de narration me parait aussi une piste intéressante. Il n’y a pas forcément besoin de passer par une analyse stylistique ultra-fine comme le fait Rod Hermeston;10 on peut simplement se demander si la conteuse ou le conteur cherche à produire du sensationnel et de l’émotionnel dans sa manière de nous raconter son histoire. Au final, avons-nous l’impression d’être dans une position de “voyeur·euse” ou non?

Qu’est-ce qu’on veut nous faire faire ou comprendre avec cette histoire? Dans quel contexte s’inscrit-elle?

Il me semble important d’observer l’ancrage contextuel de l’histoire, d’observer les institutions, associations ou médias qui en soutiennent la diffusion. Cela permet de se faire une idée des intentions sociales, politiques ou économiques qui soutiennent la mise en valeur de l’histoire. Plus simplement, on peut se demander ce que l’histoire nous pousse à faire ou à comprendre: s’agit-il de mettre en lumière des situations où le handicap pousse à la précarité? de nous engager dans un débat politique? de nous inciter à ouvrir le portemonnaie? de faire l’éloge de la Science?…

Quelles conséquences sur notre manière de percevoir la maladie ou le handicap? D’ailleurs, parle-t-on plutôt de “maladie” ou de “handicap”?

On peut aussi observer les mots utilisés. Parler de handicap ou de maladie ne revient pas tout à fait la même chose et ne renvoie pas exactement aux mêmes dimensions, à moins de s’en tenir à une définition strictement médicale du handicap. Si les définitions du handicap s’inscrivent dans de nombreux débats et ont des acceptions différentes selon les contextes sociaux ou institutionnels,11 on fera – me semble-t-il – plus directement un lien entre “maladie” et “médical”. Dans tous les cas, sonder nos émotions et impressions après lecture me parait utile pour se faire une idée des conséquences de l’histoire sur nos représentations du handicap. Est-ce que j’éprouve de la pitié? de l’admiration? est-ce que l’histoire me conforte dans ma condition de “valide”?… On peut aussi se demander si, au final, le rôle des “non-handicapé·es” et de la société est problématisé dans l’histoire qui nous est contée, car le handicap n’est pas qu’une affaire corporelle et individuelle, comme on les autrices et auteurs cités plus haut le racontent.


Tous les liens URL ont été consultés en août-septembre 2023. Le signalement de liens morts en commentaires est particulièrement apprécié. Toutes les traductions sont de moi, réalisées avec le soutien de DeepL et Linguee.

  1. Lien vers la page de l’équipe de Story Collider: https://www.storycollider.org/about-us []
  2. C’est un principe bien connu dans la vente et la publicité. Wikipédia propose un aperçu de ce qu’est le storytelling comme technique de communication (suivre le lien URL) []
  3. voir le conseils donnés par Story Collider sur la page de soumission des idées ici: https://www.storycollider.org/submissions []
  4. Voir le TED Talk de Stella Young (2014) “I am not your inspiration, thank you very much”: https://www.ted.com/talks/stella_young_i_m_not_your_inspiration_thank_you_very_much?language=en []
  5. Lire Grue, Jan (2016). The problem with inspiration porn : A tentative definition and a provisional critique. Disability & Society, 31(6), 838‑849. https://doi.org/10.1080/09687599.2016.1205473 []
  6. Lire le livre de Paul Longmore qui retrace l’histoire sociale du Téléthon aux Etats-Unis: Longmore, Paul K. (2016). Telethons : Spectacle, disability, and the business of charity. Oxford University Press. []
  7. Lire par exemple le point de vue de la militante Harriet de Gouge (2021), Ma plus grande ambition dans la vie n’est pas de guérir ou encore cet article du collectif les Dévalideuses qui rapporte le point de vue d’une ex-enfant du Téléthon: À chaque fête du travail, j’étais une enfant du Téléthon []
  8. Cet article de Slate (2020) présente aussi des points de vue positifs sur le Téléthon: Pourquoi le Téléthon pose problème []
  9. Je ne me sens pas vraiment légitime de donner des conseils en matière de rédaction. Pour le lectorat intéressé, Andrew Pulrang (2019), auteur en situation de handicap, fournit quelques conseils pour éviter de tomber dans l’inspiration porn lorsqu’on raconte une histoire de handicap avec des mots ou des images (voire son article en anglais sur Forbes ici) []
  10. Hermeston, R. (2017). Towards a critical stylistics of disability. Journal of Language and Discrimination, 1(1), 34‑60. https://doi.org/10.1558/jld.34022 []
  11. Pour un aperçu de cette diversité d’univers discursifs et des difficultés à définir le “handicap”, lire cet autre billet de blog []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Humbert (21 septembre 2023). Apprendre à conter le handicap… et à l’écouter | Storytelling et inspiration porn. La parole (in)assistée. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz8x


Par Philippe Humbert

Sociolinguiste. Enseignant-chercheur. Actif aussi dans les domaines du FLE (français langue étrangère) et de la didactique des langues étrangères.

2 réponses sur « Apprendre à conter le handicap… et à l’écouter | Storytelling et inspiration porn »

Well thank you very much for gathering these memes and giving resources about this topic.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search