Catégories
Notes de lectures

“When small talk is a big deal” (Holmes 2010) | une sociolinguistique aveuglée par son propre validisme

H: Bonjour Jim!

J: C’est quoi ça?

H: Euh une grosse cuve pleine d’eau sous pression ça va…

J: …euh euh…

H: …nous aider à nettoyer nos plateaux. (silence) Comment ça va? (silence) Comment ça va? (silence) On a coupé le cheveux?

J: Ouais.

(Holmes 2010, p.357, traduit et adapté de l’anglais par mes soins)

Cette interaction est extraite de l’un des rares articles de sociolinguistique que j’aie pu trouver autour du handicap. Il s’agit d’un bref dialogue ordinaire entre une cheffe (Helen) et son employé (Jim) qui se croisent en début de journée. Ce dernier a une “déficience intellectuelle”1, comme tant d’autres personnes étudiées dans l’article. Pas besoin d’avoir fait des années d’études en sociolinguistique pour se rendre compte qu’il y a quelque chose qui cloche dans cette interaction: Jim ne répond pas aux salutations de sa cheffe, ni aux “comment ça va?” de politesse.

Pour Janet Holmes, l’autrice de l’article, ce genre de “small talk” au travail joue pourtant un rôle crucial dans l’intégration de personnes qui ont une déficience intellectuelle. Citant d’autres auteurs, elle affirme que dans la plupart des cas, ce ne sont pas les compétences professionnelles des personnes en situation de handicap intellectuel qui posent problème au travail, mais leur capacité à gérer des interactions sociales de ce genre en adoptant un ton approprié au contexte. Pour Janet Holmes, comme pour d’autres sociolinguistes, le problème comme la solution résident essentiellement dans le langage. Ce n’est pas exactement mon point de vue. Revenons d’abord sur l’article de Janet Holmes.

Janet Holmes

Sociolinguiste (émérite) établie en Nouvelle-Zélande, elle a principalement étudié les rapports entre langue, genre et sexualité, ainsi que les interactions linguistiques en milieu professionnel.

L’acquisition de connaissances sociales et linguistiques fondamentales

Dans l’article de 2010 When small talk is a big deal, Janet Holmes analyse des interactions sociales ordinaires au travail en Nouvelle-Zélande. Elle étudie plus particulièrement des bavardages qui impliquent soit des immigrant·e·s adultes qui ont appris l’anglais tardivement (surtout des asiatiques dans le contexte néo-zélandais) et des “travailleurs avec une déficience intellectuelle”. Si l’autrice reconnait qu’ils n’ont pas la même situation sociale, elle est d’avis qu’ils partagent “étonnamment” des difficultés similaires dans la gestion de ces petites conversations que l’on a généralement en début ou en fin de journée, ou bien lors de pause-café entre collègues. Ce small talk consiste principalement à demander à ses collègues comment ils vont, parler de la pluie et du beau temps, faire des blagues (même nulles), raconter ce qui se passe à la maison ou dans un projet professionnel, râler un peu, ou encore parler du dernier match de rugby ou de cricket (eh oui, on est en Nouvelle-Zélande je vous rappelle).

Pour qu’une conversation soit réussie, il faut que les personnes qui se parlent aient des références sociales, culturelles et linguistiques en commun qui s’alignent, ce que John Gumperz – un autre sociolinguiste réputé – appelle le “background knowledge”. Ce bagage de connaissances préalables s’acquière avec les années, en grandissant ou en évoluant dans des milieux sociaux et linguistiques où, à force d’interactions contextualisées, on commence à assimiler des pratiques sociolinguistiques qui seront considérées comme appropriées ou acceptables. À la base, ce concept de background knowledge était plutôt utilisé pour étudier des situations de communication interculturelle ou plurilingue. Ici, il est aussi appliqué à des personnes en situation de handicap, et c’est plutôt intéressant, même si l’étude me semble passer à côté du véritable background knowledge des un·e·s et des autres.

Former les migrant·e·s et les handicapé·e·s à bavarder correctement

La recherche de Janet Holmes est pour le moins impressionnante en termes de données et de méthode. Pendant sept ans, son équipe a enregistré plus de 500 heures de conversations ordinaires dans différents espaces de travail dans le secteur public (administrations, etc.) comme le privé (grandes et petites entreprises). Ils/Elles ont également passé du temps sur place et mené des débriefings avec le personnel, plutôt dans le but de savoir comment installer des micros que pour approfondir des observations empiriques. L’objectif n’est pas uniquement de produire des savoirs théoriques à partir des interactions étudiées; l’autrice souhaite aussi établir une liste de conseils pour aider les personnes concernées à surmonter des problèmes liés à la gestion de ce small talk. Il y a donc l’idée que des séquences interactionnelles peuvent être didactisées avec deux publics-cibles très différents: des personnes immigrées adultes qui ont appris l’anglais tardivement et des individus avec une déficience intellectuelle.

comment se fait-il que des personnes avec une déficience intellectuelle n’aient pas développé ces compétences alors qu’elles sont nées et ont grandi dans le milieu qui entretient les normes sociolinguistiques?

Selon l’autrice, ces deux publics doivent à la fois apprendre des termes techniques propres à leur profession, mais aussi – et surtout – apprendre à s’adresser à des collègues et supérieurs hiérarchiques selon des pratiques linguistiques considérées comme socialement acceptables. Mais socialement acceptables par qui et pour qui? Cela n’est pas vraiment discuté, ce qui conforte progressivement l’idée que l’autrice adopte probablement sans le savoir une posture validiste et prescriptiviste: les interactions sociolinguistiques même les plus ordinaires devraient se conformer à une norme établie par des personnes valides et, qui plus est, “natives” de la langue dominante.

Citations à l’appui, Janet Holmes explique que l’apprentissage de ces compétences sociolinguistiques nécessitent beaucoup de temps et de répétition: elles ne sont pas innées et s’acquièrent à longueur d’exposition à la langue dans une variété de contextes.

Celles et ceux qui migrent dans un pays où l’on pratique une langue qui ne leur est pas familière au travail n’ont pas eu cette expérience ni cette exposition. […] les personnes avec une déficience intellectuelle n’ont souvent pas totalement développé cet aspect des compétences sociales.

(Holmes 2010, p.350, ma traduction)

On comprend facilement pourquoi un·e adulte qui s’aventure à migrer sur une île où la plupart des gens ne partagent ni la même langue, ni les mêmes habitudes culturelles et sociales, n’a pas été suffisamment exposé·e à la langue. Néanmoins, l’assertion concernant le second groupe reste pour le moins intrigante: comment se fait-il que des personnes avec une déficience intellectuelle n’aient pas développé ces compétences alors qu’elles sont nées et ont grandi dans le milieu qui entretient les normes sociolinguistiques? N’y aurait-il pas un problème d’exclusion à thématiser ici? Certes, l’article date de 2010, mais quand même, les approches intégratives et inclusives existaient déjà dans ces années-là. Dans l’article, Janet Holmes n’interroge pas les conditions de production politiques et économiques des interactions qu’elle analyse: il y a des bonnes pratiques sociolinguistiques auxquelles tout le monde devrait se conformer pour que le travail soit réalisé sans accroches, même durant les pauses. La façon dont les valides ont organisé la société et régulé les pratiques sociolinguistiques pendant des décennies, voire des siècles, n’empêcherait pas d’analyser le small talk.

Une analyse qui pointe les personnes migrantes ou handicapées du doigt

Janet Holmes illustre son analyse à l’aide de plusieurs séquences de causeries de bureau. Il y a par exemple les situations où deux collègues se croisent et se disent simplement qu’ils sont très occupés (p.356). Dire à ses collègues, en particulier ses supérieur·e·s hiérarchiques, qu’on est affairé est aussi une manière de prouver son engagement pour l’entreprise. Les personnes avec une déficience intellectuelle auraient tendance à ne pas saisir cette subtilité et répondre à la question “vous avez beaucoup à faire ces temps?” avec honnêteté: si elles ne se sentent pas “occupées” (busy), elles le diront sans détour, ce qui pourrait donner l’impression qu’elles ne sont pas pleinement engagées dans les missions de leur entreprise ou institution.

Autre tendance conversationnelle observée, les personnes avec une déficience intellectuelle ont tendance à répondre de manière monosyllabique (oui, non…). Elles guident rarement les discussions et si elles prennent l’initiative de causer, c’est souvent à un moment qui n’est pas convenu, par exemple au beau milieu d’une tâche complexe alors que ces small talks devraient avoir lieu avant de se mettre à travailler ou bien durant des pauses prévues à cet effet. Elles auraient encore tendance à ne pas comprendre les relations de pouvoir qui régissent le monde du travail: s’il y a des supérieur·e·s hiérarchiques impliqué·e·s, ce sont eux qui décident quand passer au small talk ou non (p.359-360).

Ne serait-ce pas aussi aux valides de faire un effort d’adaptation pour créer un environnement de travail inclusif?

Janet Holmes propose finalement une sorte de typologie sociolinguistique du small talk, soulignant trois principales dimensions d’analyse: le contenu, la distribution et les fonctions du small talk. L’analyse du “contenu” invite à interroge quels sont les thèmes adéquats (de quoi peut-on parler ou non?); celle de la “distribution” interroge l’organisation des tours de parole (“qui a le droit de commencer le small talk?”); et les “fonctions” consistent à réfléchir aux finalités du small talk: “renforcer des liens avec des collègues? apaiser des tensions au travail?” (p.362) À partir de ses observations, l’autrice propose une liste d’idées didactiques qui permettraient d’aider les personnes immigrées comme les handicapées à acquérir ces compétences sociolinguistiques. Ces pistes didactiques pourraient être enseignées aux personnes immigrées durant des cours de langue ou transmises par des éducateur·trice·s ou accompagnant·e·s pour celles qui ont une déficience intellectuelle (p.363-367).

Même si l’article contient des idées originales que je vous invite à lire par vous-même si le sujet vous intéresse, je ne m’y attarderai pas, car toutes ces activités didactiques souffrent à mon avis d’une perspective à sens unique: l’approche n’est pas tout à fait inclusive, dans la mesure où seules les personnes migrantes et les personnes handicapées sont censées faire un effort. Les valides “natifs” de l’anglais, quant à eux, n’ont rien à apprendre, alors qu’ils seraient théoriquement plus aptes à saisir toutes ces subtilités sociolinguistiques. Ne serait-ce pas aussi aux valides de faire un effort d’adaptation pour créer un environnement de travail inclusif? Les valides sont-ils si “occupés” qu’ils n’ont pas le temps d’apprendre, eux aussi, à repérer les ficelles du small talk? Non, pour Janet Holmes, migrant-e-s et handicapé-e-s ont besoin “d’assistance” (c’est le terme utilisé).

Des personnes handicapées sans assistance: une inclusion à sens unique

S’il peut paraitre bien pratique de disposer de pareille typologie d’interactions sociolinguistiques, il est regrettable de ne pas avoir entamé une réflexion plus inclusive du small talk. L’autrice ne parle pas de l’environnement général de travail, ni des conditions qui rendent l’accès possible ou non à ces travailleurs, ni du rôle ou des responsabilités des managers ou d’autres collègues vis-à-vis des personnes migrantes ou de celles qui ont une déficiences intellectuelles. En outre, il n’y a aucun questionnement sur la façon dont les normes sociolinguistiques sont construites et imposées par les valides natifs qui représentent la normalité. Au final, l’article s’apparente à une manière de stabiliser des relations de pouvoir déjà en place: les valides doivent simplement transmettre des outils à ceux qui ne le seraient pas pour leur donner l’illusion qu’ils seront mieux intégrés dans une entreprise s’ils maitrisent les codes du small talk.

Pourtant, une longue liste de conseils aux valides aurait pu être établie sur la base des mêmes séquences interactionnelles. On aurait par exemple pu enseigner à l’ensemble du personnel “valide” comment reformuler des phrases ou des questions qui peuvent paraitre impertinentes ou trop complexes pour une personne avec une déficience intellectuelle. On pourrait également leur donner des pistes pour trouver des thématiques qui susciteraient l’intérêt du plus grand nombre.

Dans tous les cas, pour mener une recherche sociolinguistique des situations de handicap qui se veut inclusive, il conviendrait de ne pas uniquement braquer les projecteurs sur un public que l’on considère comme “déficient” ou “handicapé”. Il est à mon avis important de prendre suffisamment de recul pour comprendre comment des individus – valides ou non – transforment un symptôme médical en handicap social et linguistique.

Référence de l'article commenté
Holmes, J. (2010). When small talk is a big deal : Sociolinguistic challenges in the workplace. In M. H. Long (Éd.), Second language needs analysis (p. 354‑372). Cambridge University.
  1. l’autrice utilise principalement “intellectual disability” que l’on pourrait aussi traduire “handicap mental”. Étant donné la démarche et les conclusions de l’article, je penche plutôt pour “déficience”, car l’autrice n’interroge pas les enjeux sociaux des obstacles rencontrés par ces personnes. La nature de ces “intellectual disabilities” reste pour le moins flou à travers l’article. Pour en savoir plus sur la différence entre handicap et déficience intellectuelle: https://insieme.ch/fr/theme/handicap-mental/deficience-intellectuelle/ []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Humbert (2 février 2023). “When small talk is a big deal” (Holmes 2010) | une sociolinguistique aveuglée par son propre validisme. La parole (in)assistée. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz8t


Par Philippe Humbert

Sociolinguiste. Enseignant-chercheur. Actif aussi dans les domaines du FLE (français langue étrangère) et de la didactique des langues étrangères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search